SOURATE AL IMRAN

3. Sourate de la Famille d’Imran (Âl-‘Imrân)
Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Alif - Lâm - Mîm. [2] Dieu ! Il n’y a point de divinité que Lui, le
Vivant, l’Animateur de l’Univers ! [3] Il t’a révélé graduellement le Livre
en tant que Message de vérité, confirmant ce qui l’avait précédé, comme Il
avait révélé la Thora et l’Évangile [4] auparavant, pour servir de direction
aux hommes. Et Il a également révélé le Livre du discernement le Coran.
À ceux qui renient les signes de Dieu est réservé un terrible châtiment, car
Dieu est Puissant et Redoutable quand Il sévit. [5] Et rien de ce qui est sur
la Terre ou dans le Ciel n’échappe à la vigilance du Seigneur. [6] C’est
Lui qui, selon Sa volonté, vous forme dans le sein de vos mères, et il n’y a
d’autre divinité que Lui, le Puissant, le Sage. [7] C’est Lui qui t’a révélé le
Livre contenant des versets à la fois clairs et précis, qui en constituent la
base même, ainsi que d’autres versets susceptibles d’être différemment
interprétés. Et c’est à ces derniers versets que les sceptiques, avides de
discorde, prêtent des interprétations tendancieuses, alors que nul autre que
Dieu n’en connaît la signification exacte. Quant aux vrais initiés, ils se
contentent de dire : « Nous croyons en ce Livre, car tout ce qu’il renferme
vient de notre Seigneur. » Ainsi, seuls sont enclins à méditer ceux qui sont
doués d’intelligence. [8] « Seigneur ! Ne fais pas dévier nos cœurs, après
nous avoir mis dans le droit chemin ! Étends sur nous Ta grâce, car Tu es
le Dispensateur de toutes les grâces ! [9] Seigneur ! Tu rassembleras le
genre humain en un Jour au sujet duquel nul doute n’est possible. » Car
Dieu ne faillit jamais à Sa promesse.
[10] Quant aux infidèles, rien ne les sauvera de la colère de Dieu, ni leurs
richesses ni leurs enfants, car ils sont voués à servir de combustible au Feu
éternel, [11] comme le furent les gens de Pharaon, ainsi que les peuples
qui les avaient précédés, et qui avaient traité Nos signes de mensonges.
Aussi Dieu les a-t-Il châtiés pour leurs péchés, car Dieu est Terrible quand
Il sévit. [12] Dis aux négateurs : « Vous serez vaincus, puis précipités en
masse dans la Géhenne. Et quel horrible refuge sera le vôtre ! » [13] N’y
a-t-il pas eu un signe pour vous dans l’affrontement de ces deux armées,
dont l’une combattait pour la Cause de Dieu et l’autre défendait l’impiété,
lorsque le nombre des croyants parut, aux yeux des impies, le double de ce
qu’il était réellement ? Dieu prête Son assistance à qui Il veut. Voilà bien
une leçon à méditer pour des esprits clairvoyants !
[14] Les hommes sont irrésistiblement attirés, dans leurs passions
trompeuses, par les femmes, les enfants, les amoncellements d’or et
d’argent, les chevaux de race, les troupeaux et les champs. C’est là une
jouissance éphémère de la vie d’ici-bas ; mais c’est auprès de Dieu que se
trouve le meilleur séjour.
[15] Dis : « Vous annoncerai-je quelque chose de bien plus précieux que
tout cela et qui est destiné à ceux qui craignent le Seigneur ? En effet, ces
derniers trouveront auprès de leur Seigneur des Jardins baignés de
ruisseaux, où ils vivront éternellement avec des épouses exemptes de toute
souillure et bénéficieront de la grâce divine. » Car Dieu est toujours
Bienveillant envers Ses serviteurs
[16] qui disent : « Seigneur ! Nous croyons en Toi ; fais-nous remise de
nos péchés et préserve-nous du châtiment de l’Enfer ! » ; [17] qui font
preuve de patience, de sincérité et de piété ; qui pratiquent la charité et
implorent le pardon du Seigneur à la pointe de l’aurore.
[18] Dieu est Témoin, et avec Lui les anges et les initiés parmi les
hommes, qu’il n’y a de divinité que Lui ; Lui, le Dieu de la justice. Il n’y a
en vérité de divinité que Lui, le Puissant, le Sage.
[19] La vraie religion pour Dieu, c’est l’islam. Et si les gens des Écritures
se sont divisés entre eux, c’est uniquement par pure jalousie, après que la
science leur fut donnée. Que celui donc qui renie les signes de Dieu sache
que Dieu est prompt dans Ses comptes.
[20] S’ils te contredisent, dis-leur : « Je me soumets à Dieu, moi et ceux
qui me suivent. » Après quoi, demande à ceux qui ont reçu l’Écriture et
aux non-initiés : « Et vous ? Êtes-vous soumis à Dieu ? » S’ils se déclarent
soumis à Dieu, c’est qu’ils ont pris la bonne voie ; mais s’ils s’en
détournent, rappelle-toi que ton rôle se limite à transmettre le Message.
Dieu observe constamment Ses serviteurs.
[21] Annonce un châtiment douloureux à ceux qui nient les signes de
Dieu, assassinent injustement les prophètes et tuent ceux, parmi les
hommes, qui prêchent la justice. [22] Ce sont ceux-là qui perdent le
bénéfice de leurs œuvres dans ce monde et dans la vie future, et qui ne
trouveront personne pour les secourir.
[23] Ne vois-tu pas comment un bon nombre de ceux qui ont reçu une
partie des Écritures tournent le dos et s’éloignent avec dédain, lorsqu’on
les invite à se reporter au Livre de Dieu pour trancher leurs différends ?
[24] C’est qu’ils prétendent que leur séjour en Enfer ne sera que de courte
durée, et se laissent ainsi induire en erreur par leurs propres mensonges !
[25] Qu’en sera-t-il d’eux lorsque Nous les réunirons en un Jour
inéluctable, où chaque âme recevra, en toute équité, la rétribution de ce
qu’elle aura acquis et où aucun d’eux ne sera lésé ?
[26] Dis : « Ô mon Dieu, Souverain suprême ! Tu donnes le pouvoir à qui
Tu veux et Tu l’enlèves à qui Tu veux ! Tu honores qui Tu veux et Tu
abaisses qui Tu veux ! Tu détiens le Bien et Ta puissance n’a point de
limite ! [27] Tu insères la nuit dans le jour et le jour dans la nuit ; Tu tires
la vie de la mort et la mort de la vie. Tu enrichis qui Tu veux sans
compter ! »
[28] Que les croyants ne prennent pas, à la place des fidèles, les négateurs
pour alliés ! Quiconque le fera aura rompu toute alliance avec Dieu, à
moins d’y être contraint par un péril à redouter. Dieu vous met en garde
contre Sa colère, car c’est vers Lui que tout fera retour.
[29] Dis-leur : « Que vous dissimuliez ou que vous divulguiez ce que vous
pensez, Dieu le saura toujours, car Il connaît tout ce qui est dans les Cieux
et sur la Terre. Dieu a pouvoir sur toute chose. »
[30] Un jour viendra où toute âme sera mise en face du bien qu’elle aura
accompli, comme elle sera confrontée au mal qu’elle aura commis, et elle
souhaitera alors qu’un espace immense la sépare de ses mauvaises actions.
Dieu vous avertit d’avoir à Le craindre. Il est Plein de bonté pour les
hommes. [31] Dis-leur : « Si vous aimez Dieu réellement, suivez-moi et
Dieu vous aimera et vous pardonnera vos péchés. Dieu est Indulgent et
Miséricordieux. » [32] Dis-leur : « Obéissez à Dieu et à Son Prophète ! »
Mais s’ils s’en détournent, sachez que Dieu n’aime pas les infidèles.
[33] Dieu a élu Adam, Noé, la famille d’Abraham et la famille d’Imran et
les a élevés au-dessus de tous les hommes, [34] en faisant de ces familles
une seule et même lignée, car Dieu entend tout et sait tout. [35] La femme
d’Imran dit un jour : « Seigneur ! Je Te voue en toute exclusivité l’enfant
que je porte en mon sein ! Daigne, Seigneur, l’accepter ! Tu es, en vérité,
Celui qui entend tout, qui sait tout. » [36] Et lorsqu’elle eut mis son enfant
au monde, elle s’écria : « Seigneur ! J’ai donné naissance à une fille. »
Dieu le savait bien. Un garçon n’est pas pareil à une fille. « Je l’ai appelée
Marie, ajouta-t-elle, et je la mets, Seigneur, sous Ta protection, elle et sa
descendance, contre Satan le lapidé. » [37] Dieu reçut la petite fille en Sa
grâce, lui assura une croissance heureuse et en confia la garde à Zacharie.
Or, chaque fois que Zacharie allait la voir au temple, il trouvait auprès
d’elle de la nourriture, et il lui demandait : « Ô Marie ! D’où cela te vient-
il ? » Et elle lui répondait : « Cela vient de Dieu, car Dieu donne Ses biens
à qui Il veut sans compter. »
[38] C’est dans ce temple que Zacharie adressa à son Seigneur cette
prière : « Seigneur ! Veuille me donner une postérité vertueuse ! N’est-ce
pas Toi qui exauces les prières ? » [39] Et les anges l’interpellèrent
pendant que, debout, il priait dans le sanctuaire : « Dieu t’annonce la
naissance de Jean qui confirmera un Verbe émanant du Seigneur ; qui sera
un vrai chef, un homme chaste et un prophète parmi les justes. » [40] –
« Comment pourrais-je, Seigneur, avoir un enfant alors que je suis vieux
et que ma femme est stérile ? », demanda Zacharie. « Il en sera ainsi, lui
fut-il répondu, la volonté de Dieu doit toujours s’accomplir. » [41] –
« Seigneur, dit Zacharie, donne-moi un signe ! » – « Ton signe, lui fut-il
dit, est que tu ne pourras parler aux hommes que par gestes et ce, pendant
trois jours. Invoque donc souvent le Nom de ton Seigneur et glorifie-Le au
crépuscule et à l’aurore ! »
[42] Et les anges de dire : « Ô Marie ! Dieu, en vérité, t’a choisie, t’a
purifiée et t’a préférée à toutes les femmes de l’Univers. [43] Ô Marie !
Sois dévouée à ton Seigneur ! Prosterne-toi pour L’adorer et incline-toi
avec ceux qui s’inclinent ! » [44] Ce sont là des récits qui relèvent du
mystère et que Nous te révélons ici, car tu n’étais pas parmi eux lorsqu’ils
tiraient au sort l’honneur de prendre Marie en charge, et encore moins
lorsqu’ils se disputaient à son sujet. [45] Un jour, Marie entendit les anges
lui dire : « Ô Marie ! Dieu te fait l’heureuse annonce d’un Verbe émanant
de Lui, qui aura pour nom le Messie, Jésus, fils de Marie. Il sera illustre
dans ce monde et dans l’autre, et comptera parmi les élus de Dieu.
[46] Dès le berceau, il parlera aux hommes et, quand il sera adulte, il sera
parmi les justes. » [47] – « Seigneur, demanda Marie, comment pourrais-
je avoir un enfant alors que nul homme ne m’a jamais touchée ? » –
« Dieu crée ainsi ce qu’Il veut, lui fut-il répondu, et lorsqu’Il décrète
qu’une chose doit être, il Lui suffit de dire : “Sois !”, et la chose est.
[48] Dieu lui enseignera l’Écriture, la Sagesse, le Pentateuque et
l’Évangile. [49] Puis il sera Son envoyé auprès des fils d’Israël à qui il
dira : “Je vous apporte comme signe de la part de votre Seigneur la faculté
qu’Il m’a donnée de façonner avec de la terre glaise la forme d’un oiseau
qui sera vivant, par la grâce de Dieu, dès que j’aurai soufflé dessus. Je
guérirai aussi l’aveugle-né et le lépreux, et je ressusciterai les morts, par la
permission de Dieu. Je vous dirai également ce que vous mangez et ce que
vous tenez en réserve dans vos demeures. Ce sont là autant de signes pour
vous, si vous êtes de vrais croyants. [50] Je viens aussi confirmer la Thora
qui vous a été transmise avant moi, lever pour vous certains interdits et
vous apporter un signe de votre Seigneur. Craignez donc Dieu et suivez-
moi. [51] Dieu est, en vérité, mon Seigneur et le vôtre. Adorez-Le, car
c’est là la Voie du salut !” »
[52] Constatant leur incrédulité, Jésus demanda : « Quels sont ceux qui
veulent être mes auxiliaires dans la Voie de Dieu ? » Et les apôtres de lui
répondre : « C’est nous qui sommes les auxiliaires de Dieu, car nous
avons foi en Lui. Sois donc témoin que nous Lui sommes totalement
soumis !
[53] Seigneur ! Nous avons foi en ce que Tu as révélé et nous suivons Ton
prophète. Nous Te demandons de nous inscrire au nombre des témoins. »
[54] Les juifs complotèrent contre Jésus ; mais Dieu déjoua leur complot,
car les ripostes de Dieu sont toujours infaillibles. [55] C’est alors que Dieu
dit : « Ô Jésus ! Je vais mettre fin à ta mission sur Terre, t’élever vers Moi,
te purifier, te débarrasser des négateurs et placer ceux qui t’ont suivi au-
dessus de ceux qui t’ont renié jusqu’au Jour dernier. À la fin, vous ferez
tous retour vers Moi et Je trancherai alors vos différends. [56] Quant aux
négateurs, Je leur infligerai un terrible châtiment en ce monde et dans
l’autre, sans qu’ils puissent bénéficier d’aucun secours. [57] En revanche,
ceux qui auront cru et accompli des œuvres pies, Dieu leur réservera une
récompense généreuse. Dieu n’aime pas les injustes. »
[58] Tels sont les enseignements et les sages avertissements que Nous te
donnons. [59] Pour Dieu, l’origine de Jésus est similaire à celle d’Adam.
Dieu l’a créé d’argile, puis lui a dit : « Sois ! » et il fut. [60] Voilà la
Vérité qui émane de ton Seigneur. Ne sois donc point du nombre des
sceptiques.
[61] À ceux qui engagent avec toi une polémique au sujet de Jésus, à
présent que tu es bien informé, propose ce qui suit : « Appelons nos
enfants et les vôtres, nos femmes et les vôtres, joignons-nous tous à eux et
adjurons Dieu de maudire ceux d’entre nous qui sont des menteurs. »
[62] C’est là la version la plus authentique. En vérité, il n’est d’autre
divinité que Dieu. Lui seul est le Tout-Puissant, le Sage.
[63] S’ils persistent cependant dans leur erreur, Dieu connaît bien les
corrupteurs.
[64] Dis : « Ô gens des Écritures ! Mettons-nous d’accord sur une formule
valable pour nous et pour vous, à savoir de n’adorer que Dieu Seul, de ne
rien Lui associer et de ne pas nous prendre les uns les autres pour des
maîtres en dehors de Dieu. » S’ils s’y refusent, dites-leur : « Soyez
témoins que, en ce qui nous concerne, notre soumission à Dieu est totale
et entière. »
[65] Ô gens des Écritures ! Pourquoi discutez-vous au sujet d’Abraham,
alors que la Thora et l’Évangile n’ont été révélés qu’après lui ? Êtes-vous
donc déraisonnables à ce point ? [66] Certes, vous pourrez discuter de
choses que vous connaissez. Mais pourquoi disputez-vous de celles dont
vous n’avez aucune connaissance ? Dieu sait ; mais vous, vous ne savez
pas. [67] Abraham n’était ni juif ni chrétien ; mais il était un monothéiste
convaincu et entièrement soumis à Dieu. Il n’a donc jamais appartenu au
clan des païens. [68] Certes, les plus fondés à se réclamer d’Abraham sont
sûrement ceux qui l’ont suivi, ainsi que ce Prophète et ceux qui ont cru en
sa mission. Dieu est le Protecteur des croyants.
[69] Certains, parmi les gens des Écritures, auraient bien voulu vous
induire en erreur ; mais, en réalité, ils n’égarent qu’eux-mêmes sans en
avoir conscience.
[70] Ô gens des Écritures ! Qu’avez-vous à nier les signes de Dieu, alors
que vous en êtes témoins ?
[71] Ô gens des Écritures ! Qu’avez-vous à mêler le mensonge à la
vérité ? Qu’avez-vous à dissimuler la vérité, alors que vous la
connaissez ? [72] Certains, parmi les détenteurs des Écritures, ont dit :
« Faites semblant de croire, en début de journée, à ce qui a été révélé aux
musulmans et rejetez-le le soir même. Peut-être les ferons-nous ainsi
revenir à leurs anciennes croyances ? [73] Et surtout n’ayez foi qu’en vos
coreligionnaires. » Dis-leur : « Certes, la meilleure voie est Celle de Dieu.
Mais convenez cependant que quelqu’un d’autre que vous puisse recevoir
une révélation semblable à celle que vous aviez reçue, ou qu’il puisse
vous opposer ses arguments auprès de votre Seigneur ! » Et ajoute : « En
vérité, la grâce est entre les mains de Dieu ! Il l’accorde à qui Il veut, car
Dieu est Incommensurable et Omniscient. [74] Il dispense en exclusivité
Sa miséricorde à qui Il veut, car Il détient la grâce infinie. »
[75] Parmi les gens des Écritures, il en est à qui tu peux confier un quintal
d’or et qui se ferait un devoir de te le restituer ; il en est d’autres, en
revanche, à qui tu ne confierais même pas un denier, car, pour le
récupérer, il te faudrait les harceler sans répit. Ces gens-là agissent ainsi
parce qu’ils disent : « Nous n’avons aucun scrupule à avoir à l’égard de
ces gentils », prêtant ainsi sciemment à Dieu leurs propres mensonges.
[76] Ceux qui, en revanche, restent fidèles à leurs engagements et qui
craignent Dieu, ceux-là savent que Dieu aime les gens pieux. [77] Ceux
qui troquent à vil prix aussi bien leur pacte avec Dieu que leurs serments,
ceux-là n’auront aucune part dans la vie future. Dieu ne leur adressera pas
la parole et ne les regardera point le Jour de la Résurrection. Tout pardon
leur sera refusé et un châtiment douloureux leur sera infligé.
[78] Certains, parmi eux, vont jusqu’à altérer la récitation du Livre, pour
faire croire que leurs fabulations s’y trouvent, alors qu’elles lui sont
totalement étrangères. Ils affirment que cela vient de Dieu, alors que cela
n’a rien à voir avec la Parole divine. Ainsi, ils attribuent sciemment à Dieu
leurs propres mensonges. [79] Il n’appartient à aucun être humain à qui
Dieu a accordé le Livre, la Sagesse et la prophétie de dire ensuite à ses
semblables : « Adorez-moi à l’exclusion de Dieu ! » Mais il devra dire
plutôt : « Soyez de vrais dévots de Dieu, puisque vous enseignez et
étudiez l’Écriture. » [80] Dieu ne saurait vous ordonner de prendre pour
divinités les anges et les prophètes, car ce serait vous prêcher le
polythéisme, alors que vous êtes maintenant devenus musulmans.
[81] Dieu reçut un jour l’engagement des prophètes en leur disant :
« Quelle que soit l’importance de l’Écriture et de la sagesse que Je vous ai
données, lorsqu’un nouveau prophète viendra vous confirmer ce que vous
savez déjà, croyez en lui et prêtez-lui votre entier concours. » Et Dieu
insista : « Y consentez-vous ? En assumerez-vous la responsabilité ? » –
« Nous y consentons », répondirent-ils. Et Dieu de conclure : « Soyez-en
témoins ; J’en témoigne de même. » [82] Quiconque, après cet
engagement, chercherait à s’y dérober serait du nombre des pervers.
[83] Désirent-ils une autre religion que celle de Dieu, alors qu’à Lui se
sont soumis de gré ou de force tous les êtres peuplant les Cieux et la
Terre, et que c’est à Lui qu’ils feront tous retour ?
[84] Dis : « Nous croyons en Dieu, à ce qu’Il nous a révélé, à ce qu’Il a
révélé à Abraham, à Ismaël, à Isaac, à Jacob et aux Tribus ; à ce qu’ont
reçu de leur Seigneur Moïse, Jésus et les prophètes. Nous ne faisons
aucune distinction entre eux, et c’est à Dieu que nous nous soumettons. »
[85] Quiconque recherche en dehors de l’islam une autre religion, celle-ci
ne sera point acceptée de Lui ; et dans l’autre monde, il sera du nombre
des réprouvés.
[86] Comment Dieu mettrait-Il dans la bonne voie des gens qui L’ont
renié après avoir cru, après avoir proclamé la véracité du Prophète et après
avoir reçu tant de preuves irréfutables ? Dieu ne dirige pas les gens
pervers dans la bonne voie. [87] Ceux-là ne pourront avoir pour
rétribution que la malédiction de Dieu, des anges et de tout le genre
humain. [88] Ils en seront éternellement couverts et leur châtiment ne
connaîtra ni adoucissement ni répit, [89] à l’exception de ceux d’entre eux
qui, par la suite, se repentiront et s’amenderont, car Dieu est Clément et
Miséricordieux.
[90] Mais pour ceux qui, après avoir cru, renient leur foi et se complaisent
dans leur impiété, jamais leur repentir ne sera accepté. Ce sont ceux-là les
vrais égarés. [91] En vérité, tout l’or du monde ne suffira pas à racheter
ceux qui vivent et meurent dans l’infidélité. Ceux-là subiront un châtiment
cruel et aucun secours ne leur sera porté.
[92] Vous n’atteindrez la vraie piété qu’en faisant aumône d’une part des
biens que vous aimez. Et quelque aumône que vous fassiez, Dieu en est
parfaitement Informé.
[93] Tous les aliments étaient permis aux fils d’Israël, excepté ceux
qu’Israël lui-même s’était interdits, avant que la Thora ne fût révélée. Dis-
leur : « Apportez la Thora et lisez-la, si vous êtes de bonne foi ! »
[94] Quiconque, après cela, forgera des mensonges sur le compte de Dieu
sera du nombre des injustes. [95] Dis-leur : « Dieu a dit vrai. Suivez donc
la religion d’Abraham, ce pur monothéiste, qui ne s’est jamais compromis
avec les païens. »
[96] En vérité, le premier temple qui ait été fondé à l’intention des
hommes est bien celui de La Mecque, qui est à la fois une bénédiction et
une bonne direction pour l’Univers. [97] Terre de signes sacrés, c’est aussi
l’Oratoire d’Abraham. Quiconque y pénètre sera en sécurité. En faire le
pèlerinage est un devoir envers Dieu pour quiconque en a la possibilité.
Quant aux infidèles, qu’ils sachent que Dieu se passe volontiers de tout
l’Univers. [98] Dis : « Ô gens d’Écriture ! Qu’avez-vous à nier les signes
de Dieu, alors que Dieu est Témoin de tous vos actes ? »
[99] Dis : « Ô gens d’Écriture ! Qu’avez-vous à détourner de la Voie de
Dieu ceux qui ont la foi ? Voudriez-vous rendre cette Voie tortueuse, alors
que vous êtes témoins qu’elle est rectiligne ? » Sachez que Dieu n’est
point inattentif à vos agissements ! [100] Ô croyants ! Si vous écoutez
certains adeptes des Écritures, ils feront de vous qui avez reçu la foi des
négateurs.
[101] D’ailleurs, comment pourriez-vous perdre la foi alors que les versets
de Dieu vous sont sans cesse récités et que Son Prophète se trouve parmi
vous ? Certes, celui qui s’attache fermement à Dieu ne risque pas de
quitter le droit chemin. [102] Ô croyants ! Craignez Dieu comme Il mérite
d’être craint et veillez à ne mourir qu’en musulmans ! [103] Attachez-
vous tous fermement au pacte de Dieu, et ne vous divisez pas. Rappelez-
vous les bienfaits que Dieu vous a accordés lorsque, d’ennemis que vous
étiez, Il a rétabli l’union entre vos cœurs et a fait de vous des frères, par un
effet de Sa grâce ; de même que vous étiez sur le bord d’un gouffre
infernal et Il vous en a sauvés. C’est ainsi que Dieu vous expose
clairement Ses signes afin que vous trouviez le droit chemin.
[104] Puissiez-vous former une communauté qui prêche le bien, ordonne
ce qui est convenable et interdise ce qui est répréhensible. Ce sont ceux
qui agissent ainsi qui seront les bienheureux ! [105] Ne suivez pas
l’exemple de ceux qui, après avoir reçu les preuves, se sont divisés et se
sont opposés les uns aux autres. À ceux-là est réservé un châtiment
exemplaire. [106] Un jour viendra où certains visages seront tout
illuminés de bonheur, tandis que d’autres seront tout assombris d’horreur.
Ce jour-là, il sera dit à ces derniers : « N’est-ce pas vous qui, après avoir
cru, avez rejeté la foi ? Goûtez donc ces tourments pour prix de vos
reniements ! » [107] Quant à ceux qui ont un visage rayonnant de
bonheur, ceux-là seront pour l’éternité reçus en la grâce du Seigneur.
[108] Tels sont les signes de Dieu que Nous t’exposons en toute vérité, car
Dieu n’a nullement l’intention de faire injustice aux hommes.
[109] C’est à Dieu qu’appartient tout ce qui est dans les Cieux et sur la
Terre et c’est à Lui que tout fera retour.
[110] Vous êtes la meilleure communauté qui n’ait jamais été donnée
comme exemple aux hommes. En effet, vous recommandez le Bien, vous
interdisez le Mal et vous croyez en Dieu. Si les gens des Écritures
voulaient croire, cela ne tournerait qu’à leur avantage. Mais il y a parmi
eux si peu de croyants, alors que la plupart d’entre eux sont des pervers.
[111] Désormais, ils ne peuvent vous causer que quelques dommages
infimes. Et s’ils vous affrontent, ils vous tourneront vite le dos et ne seront
pas secourus. [112] Partout où ils se feront prendre, ils seront couverts
d’opprobre, à moins d’un secours émanant de Dieu ou des hommes. Ils se
sont attiré la colère de Dieu et ont mérité un sort ignominieux, pour avoir
rejeté les signes de Dieu, tué injustement Ses prophètes, ainsi que pour
leur désobéissance et leur agressivité.
[113] Cependant, les détenteurs des Écritures ne sont pas tous les mêmes,
car parmi eux il y a une communauté pieuse dont les membres passent des
nuits entières à réciter les versets de Dieu et à se prosterner. [114] Ils
croient en Dieu et au Jour dernier ; ils ordonnent le Bien, réprouvent le
Mal et s’empressent d’accomplir de bonnes œuvres. Ceux-là sont au
nombre des justes. [115] Quelque bien qu’ils fassent, il ne leur sera pas
dénié, car Dieu connaît bien ceux qui Le craignent.
[116] Quant aux infidèles, ni leurs richesses ni leurs enfants ne les
protégeront du châtiment de Dieu. Ils seront voués à l’Enfer qui
constituera leur demeure éternelle. [117] Les aumônes qu’ils font en ce
monde sont semblables à des champs cultivés par des gens qui ont été
injustes envers eux-mêmes, et qu’un vent glacial accompagné de grêle
aurait frappés et ravagés. Ce n’est donc point Dieu qui a été injuste envers
eux. Ce sont plutôt eux qui l’ont été envers eux-mêmes.
[118] Ô vous qui croyez ! Ne prenez pas de confidents en dehors de votre
communauté, qui feraient tout pour vous corrompre, car rien ne leur ferait
plus plaisir que de vous voir en difficulté. La haine qu’ils vous portent
perce déjà dans leurs propos. Que dire alors de celle qu’ils cachent dans
leurs cœurs ? Vous voilà donc suffisamment avertis ! À vous d’en juger !
[119] Vous musulmans, vous les traitez en amis, alors qu’ils vous traitent
en ennemis ; et vous croyez au Livre dans sa totalité, pendant qu’eux,
quand ils vous rencontrent, vous disent qu’ils sont eux aussi des croyants.
Mais dès qu’ils se trouvent seuls, ils se mordent les doigts de colère contre
vous. Dis-leur : « Puissiez-vous mourir de rage ! » Dieu connaît si bien le
fond de leur pensée. [120] Le moindre bien qui vous arrive les afflige et
tout mal qui vous atteint les remplit de joie. Mais si vous êtes patients et si
vous craignez Dieu, leurs manœuvres ne vous causeront aucun tort, car
Dieu cerne leurs agissements de toutes parts.
[121] Prophète ! Rappelle-toi le matin où tu quittas ta famille pour aller
placer les croyants à leurs postes de combat, alors que Dieu entendait et
savait tout !
[122] Deux groupes de votre armée étaient sur le point de faire défection !
Et c’est Dieu qui a raffermi leur courage. N’est-ce pas que c’est en Dieu
que les croyants doivent placer leur confiance ? [123] Dieu ne vous a-t-Il
pas accordé la victoire à Badr, malgré votre nombre insignifiant ?
Craignez donc Dieu, afin de Lui témoigner votre reconnaissance. [124] Tu
disais alors aux croyants : « Ne vous suffit-il pas que votre Seigneur vous
envoie en renfort trois mille anges, descendus à cette fin du ciel ? »
[125] Bien plus, si vous faites preuve de patience et de piété et que vos
ennemis viennent vous attaquer par surprise, Dieu vous enverra en renfort
cinq mille anges d’élite. [126] Dieu n’a agi de la sorte qu’à titre
d’heureuse nouvelle, destinée à vous redonner confiance, car la victoire ne
peut venir que de Dieu, le Puissant, le Sage, [127] soit en faisant tailler les
infidèles en pièces, soit en leur faisant subir une défaite humiliante et en
les acculant au désespoir. [128] Le fait qu’ils soient coupables ne te
permet pas de décider de leur sort. C’est à Dieu seul qu’il appartient de
leur pardonner ou de les punir, [129] car tout ce qui est dans les Cieux et
sur la Terre appartient à Dieu qui Seul peut absoudre qui Il veut et punir
qui Il veut. Dieu est, en vérité, Plein de clémence et de miséricorde.
[130] Ô vous qui croyez ! Ne pratiquez pas l’usure pour multiplier sans
cesse vos profits ! Craignez Dieu si vous voulez assurer le salut de votre
âme ! [131] Redoutez l’Enfer destiné aux négateurs ! [132] Obéissez à
Dieu et au Prophète afin de bénéficier de la grâce divine !
[133] Hâtez-vous de mériter l’absolution de votre Seigneur et un Paradis
aussi vaste que les Cieux et la Terre, destiné à ceux qui craignent Dieu ;
[134] à ceux qui font l’aumône, qu’ils soient à l’aise ou dans la gêne, qui
savent réprimer leur colère et pardonner à leurs semblables, car Dieu aime
les bienfaiteurs ; [135] à ceux qui, ayant commis un forfait ou une
injustice envers eux-mêmes, invoquent Dieu pour Lui demander pardon
de leurs péchés, car qui peut absoudre un pécheur si ce n’est le Seigneur ?
À ceux enfin qui ne persistent pas dans le mal, dès qu’ils s’aperçoivent
qu’ils sont dans l’erreur. [136] Ceux-là, leur récompense sera le pardon de
leur Seigneur, ainsi que des Jardins sous lesquels coulent des rivières et où
leur séjour sera éternel. Et quelle belle récompense pour ceux qui
accomplissent des œuvres salutaires !
[137] Que de peuples ont connu avant vous les mêmes vicissitudes !
Parcourez donc la Terre et voyez quelle fut la fin de ceux qui criaient au
mensonge. [138] Ceci est un avertissement adressé aux hommes. Mais
c’est aussi un guide et une exhortation pour ceux qui craignent Dieu.
[139] Ne vous découragez pas ! Ne vous affligez pas ! Et vous aurez
bientôt la victoire, si vous avez la foi.
[140] Et si vous avez subi un revers douloureux, sachez que vos ennemis
ont déjà connu un revers semblable. C’est ainsi que Nous faisons alterner
les jours fastes et les jours néfastes parmi les hommes, afin que Dieu
reconnaisse les vrais croyants et élise parmi vous des martyrs, car Dieu
n’aime point les injustes.
[141] C’est aussi un moyen pour Dieu de purifier par l’épreuve ceux qui
ont cru et d’anéantir les infidèles. [142] Pensiez-vous entrer au Paradis
sans que Dieu n’ait jamais mis à l’épreuve la sincérité et l’endurance de
ceux d’entre vous qui ont combattu pour Lui ? [143] Vous souhaitiez tant
la mort avant de la rencontrer. Et vous l’avez bien vue, de vos propres
yeux. [144] Muhammad n’est qu’un Prophète parmi tant d’autres qui sont
passés avant lui. Seriez-vous hommes à abandonner le combat, s’il venait
à mourir ou à être tué ? Ceux qui abandonnent le combat ne nuisent en
rien à Dieu. Mais Dieu saura récompenser ceux qui sont reconnaissants.
[145] Aucune âme ne peut quitter cette vie sans la permission de Dieu et
en dehors du terme fixé. Celui qui recherche sa récompense dans ce
monde, Nous la lui accorderons ; celui qui désire obtenir la sienne dans la
vie future, Nous la lui accorderons. Mais Nous traiterons avec faveur les
âmes reconnaissantes.
[146] Combien de prophètes, suivis d’un grand nombre de disciples, ont
combattu pour défendre la Cause de Dieu, sans jamais se laisser abattre
par les épreuves, ni faiblir ni abandonner la lutte ! Dieu aime les gens
persévérants. [147] Les seuls mots qu’ils répétaient étaient les suivants :
« Seigneur ! Pardonne-nous nos péchés et nos excès ; affermis nos pas et
accorde-nous la victoire sur les infidèles. » [148] Dieu leur accorda donc
la récompense de ce monde et la belle récompense de la vie future, car
Dieu aime les gens bienfaisants.
[149] Ô vous qui croyez ! Si vous écoutez les infidèles, ils vous feront
retomber dans vos erreurs passées et vous serez perdus sans retour.
[150] Ayez confiance ! Dieu n’est-Il pas votre Maître et le Meilleur des
protecteurs ? [151] Nous jetterons bientôt l’épouvante dans le cœur des
idolâtres, pour avoir associé à Dieu des divinités qui n’ont été nanties
d’aucun pouvoir de Sa part. Leur demeure sera l’Enfer, cet affreux refuge
des injustes. [152] Dieu a tenu Sa promesse envers vous en vous
permettant de tailler vos ennemis en pièces, jusqu’au moment où vous
avez fléchi pour contester l’ordre qui vous était donné et refuser de
l’exécuter, alors que Dieu vous faisait déjà entrevoir la victoire qui vous
tenait à cœur. Certains d’entre vous désiraient les biens de ce monde,
pendant que d’autres aspiraient à la vie future. Aussi Dieu, pour vous
mettre à l’épreuve, vous fit-Il reculer devant vos ennemis. Mais Il vous a
ensuite pardonné, car Il est Plein de sollicitude pour les fidèles.
[153] Et au moment où vous battiez en retraite sans vous soucier les uns
des autres, et pendant que le Prophète, sur vos arrières, tentait de vous
ramener au combat, Dieu vous infligea déception sur déception, afin que
vous n’ayez pas à regretter le succès qui vous échappait ni à vous lamenter
sur le malheur qui vous frappait, car Dieu est bien Informé de ce que vous
faites.
[154] Cette angoisse passée, Dieu fit descendre sur vous Sa sécurité ; et
une espèce d’assoupissement s’empara d’une partie d’entre vous, pendant
que d’autres, préoccupés uniquement d’eux-mêmes, proféraient sur Dieu,
à la manière des idolâtres de l’époque de l’ignorance, des opinions non
conformes à la vérité. « Quelle part de décision avions-nous dans cette
affaire ? », disaient-ils. Dis-leur : « Le pouvoir de décision n’appartient
qu’à Dieu. » En réalité, ils cachaient bien des pensées, qu’ils n’osaient
t’exprimer. Ils se disaient : « Si nous avions pu donner notre avis, nous ne
serions pas venus ici nous faire massacrer ! » Dis-leur : « Même si vous
étiez restés chez vous, ceux qui devaient mourir seraient sortis pour venir
tomber là où leur destin les appelait. Cela est arrivé, afin que Dieu mette à
l’épreuve votre patience et votre courage dans l’adversité, car Dieu
connaît bien ce que recèlent les cœurs. » [155] Et si certains parmi vous
ont battu en retraite le jour de la rencontre des deux armées, c’est
uniquement parce qu’ils avaient cédé aux instigations de Satan, en raison
de quelques péchés qu’ils avaient commis. Néanmoins, Dieu leur a
pardonné, car Il est Plein de miséricorde et de mansuétude.
[156] Ô vous qui croyez ! N’imitez pas l’exemple de ces infidèles qui
disent de leurs frères morts en voyage ou à la guerre : « S’ils étaient restés
avec nous, ils ne seraient pas morts, ou ils n’auraient pas été tués. » Cette
idée, Dieu a voulu en faire un sujet de chagrin pour eux, car, en réalité,
Dieu seul donne la vie et la mort, et observe clairement tous vos actes.
[157] Par ailleurs, que vous soyez tués au service de Dieu ou que vous
soyez morts de mort naturelle, le pardon et la miséricorde de Dieu ne sont-
ils pas plus précieux que toutes les richesses que vous pouvez accumuler ?
[158] Que vous mouriez de mort naturelle ou que vous soyez tués, n’est-
ce pas que c’est devant votre Seigneur que vous serez tous rassemblés ?
[159] C’est par un effet de la grâce de Dieu que tu es si conciliant envers
les hommes, car si tu te montrais brutal ou inhumain avec eux, ils se
seraient tous détachés de toi. Sois donc bienveillant à leur égard ! Implore
le pardon de Dieu en leur faveur ! Consulte-les quand il s’agit de prendre
une décision ! Mais, une fois la décision prise, place ta confiance en Dieu,
car Dieu aime ceux qui mettent en Lui leur confiance ! [160] Si Dieu vient
à votre secours, nul ne pourra vous vaincre ; et s’Il vous abandonne, qui
donc, en dehors de Lui, pourra vous secourir ? Que les croyants mettent
donc leur confiance en leur Seigneur !
[161] Il ne sied nullement à un prophète de dérober une partie du butin,
car quiconque l’aura fait sera tenu de rapporter le butin dérobé le Jour du
Jugement dernier. Et c’est le Jour où toute âme sera rétribuée selon ce
qu’elle aura accompli et où personne ne sera lésé. [162] Peut-on comparer
celui qui s’applique à être agréable à Dieu à celui qui s’attire Sa colère et
qui aura pour séjour la Géhenne, cette affreuse demeure ? [163] Ils
occupent des degrés différents auprès de Dieu qui perçoit parfaitement
leurs œuvres.
[164] Dieu a été d’une extrême bonté envers les croyants en choisissant
parmi eux un prophète pour leur réciter les versets divins, les purifier de
leurs péchés et leur enseigner le Livre et la sagesse, bien qu’ils fussent
autrefois dans un égarement manifeste.
[165] Ayant subi un revers pour la première fois, après en avoir infligé le
double à vos ennemis, vous vous dites : « Comment avons-nous pu
mériter cette disgrâce ? » Dis-leur : « Vous ne devez vous en prendre qu’à
vous-mêmes ! » La puissance de Dieu n’a point de limite.
[166] Le revers que vous avez essuyé le jour où les deux armées se sont
affrontées a été voulu par Dieu pour reconnaître les vrais croyants [167] et
démasquer les hypocrites qui, invités à combattre pour la Cause de Dieu et
à repousser l’ennemi, répliquèrent : « Nous vous suivrions, si nous savions
qu’un vrai combat allait s’engager. » Ils étaient ce jour-là proches bien
plus de l’impiété que de la foi, et ils disaient tout haut le contraire de ce
qu’ils pensaient tout bas. Mais Dieu est le mieux Informé de ce qu’ils
pensaient réellement. [168] Pendant qu’eux-mêmes étaient restés
tranquillement chez eux, ils avaient dit de leurs frères tombés au champ de
bataille : « S’ils nous avaient écoutés, ils ne se seraient pas fait tuer. » Dis-
leur : « Empêchez donc la mort de vous atteindre vous-mêmes, si vous
êtes véridiques ! »
[169] Ne crois surtout pas que ceux qui sont tombés pour la Cause de
Dieu soient morts. Ils sont, au contraire, bien vivants auprès de leur
Seigneur qui les comble de Ses faveurs ; [170] ils sont heureux d’être
reçus au sein de la grâce du Seigneur, et ravis que leurs compagnons de
combat qui ne les ont pas encore rejoints ne connaîtront ni peur ni chagrin.
[171] Et ils se réjouissent des bienfaits et de la grâce de Dieu, sachant que
Dieu ne frustre jamais de leur récompense les croyants [172] qui ont
répondu à l’appel de Dieu et du Prophète, malgré les blessures qu’ils
avaient reçues. À ceux d’entre eux dont la conduite a été exemplaire et
dont la foi a été inébranlable est réservée une magnifique récompense.
[173] Ce sont ceux-là qui, lorsqu’on est venu leur dire : « Vos adversaires
réunissent leurs forces pour vous attaquer, soyez vigilants ! », ont vu leur
foi se décupler et se sont écriés : « Dieu seul nous suffit. N’est-Il pas le
Meilleur des protecteurs ? »
[174] Et comblés des bienfaits du Seigneur et de Sa grâce, ils revinrent
chez eux, sans avoir éprouvé le moindre mal. Ils ne recherchaient en fait
que l’agrément du Seigneur dont la grâce n’a point de limite. [175] Ces
nouvelles défaitistes ne sont que l’œuvre de Satan qui les utilise pour
intimider ses adeptes. Ne les craignez donc pas ! Mais craignez-Moi, si
vous êtes de vrais croyants ! [176] Que ceux qui courent à pas précipités
vers l’impiété ne te causent aucune affliction ! En vérité, ils ne sauraient
nuire en rien à Dieu. C’est plutôt Dieu qui ne veut leur accorder aucune
part dans la vie future, où un châtiment terrible les attend, [177] car ceux
qui troquent la foi contre l’incrédulité ne sauraient nuire en rien à Dieu, et
un châtiment cruel leur est réservé.
[178] Que les négateurs ne s’imaginent pas que le long sursis que Nous
leur accordons soit un bien pour eux. Ce long délai leur est plutôt accordé
afin qu’ils accumulent les péchés. Aussi un châtiment avilissant leur sera-
t-il infligé.
[179] Dieu ne saurait laisser les croyants dans l’état difficile où vous vous
trouvez que le temps de distinguer le bon du mauvais ; de même qu’Il ne
saurait vous dévoiler le mystère. Mais Il choisit, à cet effet, parmi Ses
messagers qui Il veut. Ayez donc foi en Dieu et en Ses prophètes, car si
vous croyez en Dieu et si vous Le craignez, une généreuse récompense
vous sera attribuée. [180] Que ceux qui se montrent avares des biens que
Dieu leur a généreusement octroyés ne s’imaginent pas que cela soit à leur
avantage. C’est, au contraire, un malheur pour eux, car, le Jour de la
Résurrection, ils porteront comme un carcan au cou les biens qu’ils auront
amoureusement accumulés. En effet, l’héritage des Cieux et de la Terre
appartient au Seigneur qui est parfaitement Instruit de tout ce que vous
faites.
[181] Dieu a entendu les paroles de ceux qui ont dit : « Dieu est pauvre et
nous sommes riches ! » Nous enregistrons leurs propos et Nous prenons
acte du sang des prophètes qu’ils ont injustement versé, et Nous leur
dirons : « Goûtez donc le supplice de l’Enfer [182] et ce, pour prix de ce
que vos mains ont perpétré, car Dieu ne commet jamais d’injustice envers
Ses serviteurs ! »
[183] À ceux qui disent : « Dieu nous a prescrit de ne pas croire en un
prophète tant qu’il ne nous aura pas apporté une offrande que le feu du
ciel viendrait aussitôt consumer », réponds : « Avant moi, bien des
prophètes vous ont déjà apporté des preuves, y compris le miracle dont
vous parlez. Pourquoi donc les avez-vous tués, si vous êtes de bonne
foi ? » [184] S’ils t’accusent de mensonge, d’autres prophètes, avant toi,
ont eux aussi été traités de menteurs, bien qu’ils aient apporté des preuves
évidentes, des Psaumes et le Livre lumineux.
[185] Toute âme goûtera la mort ; mais vous ne recevrez votre totale
rétribution que le Jour de la Résurrection. Quiconque échappera alors à
l’Enfer et entrera au Paradis aura trouvé la félicité. En vérité, la vie d’ici-
bas n’est faite que de plaisirs éphémères.
[186] Vous serez certainement éprouvés dans vos biens et dans vos
personnes. Vous entendrez bien des injures de la part de ceux qui ont reçu
les Écritures avant vous, et de la part des idolâtres. Mais si vous êtes
endurants et pieux, vous verrez alors que c’est bien là la meilleure
résolution à prendre.
[187] Dieu a pris acte de la promesse des gens de l’Écriture de l’expliquer
aux hommes et de ne pas en dissimuler la teneur. Mais, au lieu de cela, ils
l’ont rejetée derrière leur dos et l’ont vendue à vil prix, pour recevoir la
plus ignoble des marchandises en retour. [188] Ne crois surtout pas que
ceux qui s’extasient sur leurs œuvres et qui veulent qu’on les loue même
pour ce qu’ils n’ont pas fait puissent échapper aux tourments, car un
châtiment douloureux les attend.
[189] À Dieu appartient le Royaume des Cieux et de la Terre et Sa
puissance n’a point de limite.
[190] En vérité, il y a dans la création des Cieux et de la Terre et dans
l’alternance de la nuit et du jour tant de signes pour des gens doués
d’intelligence [191] qui, debout, assis ou couchés, ne cessent d’invoquer
Dieu et de méditer sur la création des Cieux et de la Terre en disant :
« Seigneur ! Ce n’est pas en vain que Tu as créé tout cela ! Gloire à Toi !
Préserve-nous du châtiment de l’Enfer !
[192] Seigneur ! Celui que Tu voues aux flammes de la Géhenne, Tu le
couvres d’opprobre, et les injustes ne bénéficieront d’aucun secours.
[193] Seigneur ! Nous avons entendu une voix qui nous conviait à croire
en Toi, et nous avons cru. Seigneur ! Pardonne-nous nos péchés ! Absous
nos mauvaises actions et reçois-nous, après notre mort, parmi les justes !
[194] Seigneur ! Accorde-nous ce que Tu nous as promis par
l’intermédiaire de Tes messagers ! Épargne-nous toute humiliation au Jour
de la Résurrection, Toi qui ne manques jamais à Tes promesses ! »
[195] Leur Seigneur a exaucé leurs prières : « Je ne ferai jamais perdre à
aucun d’entre vous, homme ou femme, le bénéfice de ses œuvres. N’êtes-
vous pas issus les uns des autres ? Ceux qui se seront expatriés, qui auront
été chassés de leurs foyers, qui auront souffert pour Ma Cause, qui auront
combattu ou auront été tués à Mon service, à ceux-là Je pardonnerai toutes
leurs fautes et Je les recevrai dans des Jardins baignés de ruisseaux, à titre
de récompense de la part de leur Seigneur, car c’est Dieu qui distribue les
meilleures récompenses.
[196] Ne te laisse donc pas impressionner par l’agitation provoquée par
les infidèles à travers le monde ! [197] Ce n’est là qu’une piètre jouissance
qui sera vite suivie de leur séjour en Enfer. Et quel affreux séjour !
[198] Ceux qui, en revanche, craignent Dieu auront des Jardins sous
lesquels coulent des rivières, où leur séjour sera éternel, en hôtes du
Seigneur, et rien n’est meilleur, pour les justes, que ce qui est auprès du
Seigneur.
[199] Certes, parmi les gens des Écritures, il en est qui croient en Dieu,
qui tiennent pour véridique ce qui vous a été révélé ainsi que ce qui leur a
été révélé et qui, entièrement soumis à Dieu, ne troquent jamais Ses
enseignements contre un vil profit. Ceux-là trouveront leur juste
récompense auprès de leur Seigneur, toujours prompt dans Ses comptes.
[200] Ô vous qui croyez ! Armez-vous de patience ! Rivalisez de
constance ! Soyez vigilants et craignez Dieu, si vous désirez atteindre le
bonheur !